La première partie du championnat masculin de Division d’Honneur s’est finie dimanche. Ses quatorze équipes savent désormais dans quelle cour elles joueront après la trêve hivernale. La Gantoise, le Watducks, l’Orée, le Léo, Louvain, le Beerschot, le Dragons et le Racing viseront le Final Four qui les mènera peut-être au titre. L’Héraklès, le Braxgata, l’Antwerp, le Daring, l’Old Club et Namur voudront éviter la culbute en D.1. Petit tour d’horizon après les treize journées de la phase classique.

Qui va pouvoir empêcher La Gantoise de décrocher les deuxièmes lauriers nationaux de son histoire après ceux de 1921 ? Pour le moment, personne n’est même parvenu à triompher de la troupe de Pascal Kina. Seuls les Waterloo Ducks l’ont accrochée 3-3 en début de compétition. Meilleure attaque, meilleure défense, cinq clean sheets dont une contre l’Orée et le Léo : un bilan exemplaire pour les favoris au sacre attribué début mai. Les Bleus et Blancs (18,5 points) ont 4 longueurs d’avance sur le Léo en vue du second tour, 7,5 sur le Dragons et 9,5 sur le Racing. Ce sera donc compliqué de les écarter du Final Four vu leur régularité en 2020. La Gantoise possède un effectif bien balancé composé de jeunes performants (les Deplus, Esquelin, de Borrekens, Hellin), d’une ligne médiane redoutable (Kina, de Paeuw, Goyet) et d’étrangers décisifs (Santiago, Tolini, Saladino). Le tout dirigé par le maître tacticien Pascal Kina.

« Nous sommes très satisfaits de notre premier tour. Ça aurait été difficile de faire mieux. Dans nos prestations, il y avait du bon et du moins bon. Mais quand ça allait moins bien, nous avons pu trouver des solutions. Lemot « favori » est dangereux. Nous allons prendre match par match. Notre prochain objectif, ce sont les demi-finales », livre Charles Masson.

Et derrière ?

Il est sans doute trop tôt pour désigner le principal concurrent de La Gantoise. Vu le haut de tableau, le Watducks, l’Orée et le Léo semblent les mieux armés. Les Brabançons wallons se sont idéalement adaptés à l’arrivée de Jean Willems. Ils se sont même surpris à atteindre 32 points alors qu’ils en visaient 30. Gauthier Boccard est l’homme à tout faire sur le terrain et assume admirablement. Autour de lui, ses lieutenants (Van Strydonck, Ghislain, Willems, Dumont) sont diablement efficaces, tout comme le PC de Charlet (avec dix goals, meilleur marqueur dans ce domaine derrière Luypaert, onze). Les jeunes (Van Marcke, Lemaire) prennent aussi leur chance. Dès le week-end du 20 février, le Wat’ (16 unités) en découdra avec Louvain (11), le Beerschot (10) et l’Orée (15)

Une Orée qui a rempli son contrat au niveau comptable avec un joli 30/39. Dans le jeu en revanche, il y a eu des manquements. Plutôt normal quand on sait qu’il a fallu intégrer de nouveaux internationaux français, Stockbroekx, Dohmen, Thiéry et les méthodes de Xavier De Greve, tous transférés cet été. « Mais nous commençons à créer notre propre identité », confie Philippe Simar.

Enfin le Léo a gentiment tracé sa route sans coup d’éclat, si ce n’est le succès 6-3 contre l’Orée. De l’aveu du capitaine John Verdussen, « ce n’est pas encore le Léo champion de 2019 ». Tom Boon termine toutefois en tête du classement des buteurs avec 23 roses.

Le Racing s’est qualifié par le chas de l’aiguille. Louvain s’est invité dans le Top 8 sans trop de difficulté. Le Beerschot est un peu en retrait mais toujours dans le parcours, en quête d’une autre surprise après sa finale perdue de 2019. Le Dragons a fait preuve d’une irrégularité qu’on ne lui connaît habituellement pas. « Il faudra être directement au rendez-vous pour le deuxième tour », explique Cédric Charlier, l’attaquant des Brasschaatois. « Pour moi c’est la meilleure formule du championnat. Il y a de l’enjeu à chaque match jusqu’à la dernière journée. Pour le spectateur neutre et les joueurs, c’est parfait. »

Ces quatre formations devraient être les outsiders en 2021.

En playdown

Pas de miracle pour les promus de l’Old Club Liège et Namur, qui occupent les deux dernières places du classement. Une véritable surprise sera nécessaire pour voir l’une des écuries wallonnes sauver sa peau. Les Escargots se sont tout de même démarqués en battant les Liégeois et en forçant le Daring au partage. Pour le reste, Namur a la pire attaque de la série devant l’Old Club qui a la pire défense devant Namur.

Qui sera sur le troisième siège éjectable après les dix rencontres du mini-championnats des mal-lotis ? L’Héraklès (8 points), le Braxgata (7), l’Antwerp (5) ou le Daring (5) ? L’écart comptable est mince. Entre les niveaux de hockey également. À part peut-être les Lierrois vainqueurs du Léo et privés de justesse du playoff, aucun des concurrents n’a sorti de victoire référence lors du premier tour.

Le mot de la fin revient à Gauthier Boccard. « Bien joué de la part de la Fédération de nous avoir permis de terminer dans les temps malgré la situation sanitaire. Une pause de quatre mois n’aurait fait de bien à personne. »

Leave a Reply